A propos de Michelle Chiecchio

Michelle Chiecchio, Galerie d'Art à Mougins - Sculptures BronzeMichelle Chiecchio est née le 4 Février 1956 à Palaiseau. La campagne qui l’environne marque profondément ses premières impressions, tandis que Paris, à deux pas, qu’elle fréquente régulièrement dès son adolescence, alimente et développe son goût inné pour les Arts. Elle dessine et modèle dès sa plus petite enfance. Instinctivement, elle se sert de l’argile pour s’exercer. Son entourage s’aperçoit vite «qu’elle a un don». Elle reçoit son premier prix en «dessin et peinture» à 5 ans !

 

1974 : Après des études classiques elle rencontre le sculpteur Gestalder avec qui elle travaille et s’exerce au modelage de la terre et du plâtre. Gestalder l’encourage à devenir sculpteur.

1976 : Elle part pour le «Midi» où elle s’installe à La Roquette sur Siagne qui reste son port d’attache. Elle s’inscrit dés son arrivée aux Beaux Arts de Nice et suit les cours d’art plastique à la Villa Arson où elle travaille d’après nature , toujours à la recherche de la ligne parfaite de la morphologie humaine. Ses professeurs, son entourage … tous sont unanimes : il faut qu’elle poursuive.

1982 : Rencontre avec le peintre André Bouheret qui l’exerce à passer du modèle particulier à l’abstraction de l’être humain, à l’expression du sentiment dont il est la proie.

1987 : Tout en travaillant, elle voyage à la recherche d’autres formes d’expression d’art plastique, mais aussi peut-être à la recherche d’elle- même … et applique le conseil de Gestalder «Oublie tout ce que tu as appris pour n’en retenir que l’essentiel»

1988 : Elle part en Belgique où elle s’initie à la technique du bronze dans une fonderie de Gand. Suit une période fertile, elle ne cesse de travailler. Elle se partage entre Paris, Cannes et Gand où elle rencontre les sculpteurs Yan Desmaret, Kobe, De Block.

Depuis Michelle Chiecchio s’affirme avec une puissance de plus en plus intense. Elle définit son style comme étant du figuratif contemporain avec la volonté de faire vivre les formes. Elle apprécie qu’on lui dise que son travail rappelle celui d’Henry Moore , de Ossip Zadkine à qui elle voue une vraie passion et un profond respect.

Amoureuse de la nature et des grands espaces, elle installe un atelier dans la Province du Québec. Dorénavant, elle se partagera entre la France et le Canada.

Aujourd’hui Michelle Chiecchio déploie somptueusement la dynamique sensuelle et musicale des courbes du corps humain et principalement celles de la femme. Généreuse, rêveuse, discrète ou sensuelle, chacune de ses oeuvres se donne au regard et au toucher, sans aucune retenue ni détour … mais pour notre plus grand plaisir.